robinet

Nulle contrariété ne ferme les vannes à la joie plus que nous-même.

J’ai souvenir d’un vieil homme dont un lopin de terre arboré en sortie de village disposait d’une arrivée d’eau équipée d’un robinet, l’ensemble tacitement et gracieusement mis à disposition des randonneurs et pique-niqueurs de passage. Constatant le vol régulièrement du robinet, il le remplaçait sans tarder, passant outre les réserves de son entourage : « A quoi cela sert-il, on va encore te le voler. » Sa réponse, sans plus chercher à convaincre, était que ceux entre-temps qui ne le voleraient pas seraient contents d’en profiter.

Sans doute aussi mesurait-il que le vol de son robinet ne méritait pas en sus celui de sa joyeuse humeur.

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s