moi

« Se connaître soi-même est la démangeaison des imbéciles », disait Bernanos.

La phrase de prime abord peut apparaître un peu abrupte tant une certaine introspection, un retour sur soi, un regard intérieur apparaissent essentiels. Mais Bernanos ne parle d’imbéciles qu’au stade de la démangeaison, mécanique, obsessionnelle. La sagesse est mesure et équilibre, l’excès aux deux extrémités présente le même danger : à trop s’ignorer ou se plonger dans le moi, on barbote dans le moi moi moi.

L’homme reste un mystère pour l’homme. Celui qui se connaîtrait le mieux ne saurait toujours pas comment il agirait ou aurait agi en des circonstances qui l’ont jusqu’à présent épargné.

Ne pas trop se creuser le nombril, s’en décoller un peu, le contraire finalement d’une invitation à vivre à la surface de soi-même.

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s