effacement

Maurice Zundel rapporte ces mots d’une jeune fille parlant de sa découverte de Dieu : « Il m’efface. »

Le culte de soi se hérissera de cette assertion sans percevoir l’inouïe profondeur spirituelle de cet effacement qui n’est pas négation de l’être mais sa révélation. L’horizon à perte de vue de soi-même en plénitude.

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s