tendresse

Nos animaux de compagnie, chats et chiens pour les plus communs, nous attendrissent pour des raisons différentes.

Le chat est promiscuité discrète, sereine indépendance, pour vivre heureux dormons caché serait sa devise, d’une préférence de lui-même touchante tant chacune de ses attitudes révèle grâce et beauté. Le chien est compagnon altruiste, d’une joie qui est celle de son maître, d’où sa capacité d’émouvantes fidélité et obéissance jusque parfois le ridicule d’un toilettage qu’il ne prise guère plus qu’un chat le lancer de frisbee.

Notre choix de l’un d’eux dans une portée me semble guidé par deux types de critères : « extérieurs » (selon nous le plus mignon, énergique, facétieux…) ou « intérieurs » (le plus fragile, timide, isolé…), nous laissant ainsi attendrir par le « fort » ou par le « faible ». L’un nous émerveille, l’autre nous émeut.

Ainsi la tendresse.

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s