bienveillance

« Je prie simplement les lectrices et les lecteurs de me faire le crédit de la bienveillance sans lequel il n’y a pas de compréhension possible. »

Ces mots me touchent de Joseph Ratzinger en avant-propos de l’un de ses livres. En notre monde hexagonal irrité, écorché, irascible sur les questions de foi, parler de Dieu aussitôt expose à des soupçons de sectarisme, de dogmatisme, de prosélytisme. Devant ce raidissement, qui est absence même d’un a priori bienveillant, le premier écueil est souvent moins d’éclairer une compréhension que de lever une suspicion.

Mon Dieu, nous n’avons à cœur que partager l’insondable espérance que vous avez déposée en nous, et c’est tout juste s’il ne faut pas s’en excuser.

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s