création

La trame d’une oeuvre d’art est la tendresse : celle dans l’intention de l’artiste ; celle qu’en nous suscite son oeuvre quand elle est aboutie.

Publicités

valeur

« Les colonnes de Buren ne tirent leur valeur que du Palais-Royal qui les accueille comme un bernard-l’ermite. »

Cette ironique remarque de Jean Clair fait par extension songer que toute chose bâtie par l’homme est colonne de Buren face à la beauté du monde qui l’accueille. Et par suite que l’homme lui-même tire sa valeur d’une beauté qui ne procède pas de lui.

harmonie

D’une certaine manière, la religion est à la foi ce que le solfège est à la musique, un moyen non pas une fin. Pour que sa musique parvienne jusqu’à nous, il est heureux que Mozart ait pu écrire ses partitions.

Que nous soyons insensibles à celle du Christ est notre pleine liberté. Que les fausses notes de ses piètres interprètes nous laissent à distance ne peut que s’entendre. Que le second point serve de prétexte au premier et c’est nous qui jouons faux.

art

Roland Barthes définissait une œuvre d’art de la sorte : simple, filial, désirable.

– Simple signifie lisible, qui se révèle.
– Filial rejoint Nietzsche disant qu’il n’y a pas de choses belles sans lignage.
– Désirable exprime l’idée de plénitude.

Une Trinité sans surprise où on ne l’attend pas.

avant-garde

La soi-disant avant-garde artistique préfigure les évolutions sociales et sociétales, les mêmes ressorts étant à l’œuvre.

Il y a belle lurette que dans l’art les tabous ont été transgressés. C’est l’enjeu et l’essence même d’un certain art contemporain, en tout cas de sa philosophie sous-jacente, que d’abolir tous les codes de l’académisme, du classicisme et, bien peu accessoirement, du christianisme à leur source. Sorte de bras armé d’une vision prométhéenne opposée à toute forme de transcendance, son bouclier est un terrorisme intellectuel qui a tôt fait de rendre illégitimes ses contradicteurs en les qualifiant de réactionnaires, voire carrément de fascistes. Il est des penseurs pour en alimenter le courant, quand sur le terrain la plupart des acteurs ont seulement bien compris que c’est dorénavant la notoriété qui fait l’excellence, non l’inverse, et que provocation et transgression octroient, plus qu’un peu de talent et beaucoup de travail, la bonne assurance d’un relais médiatique.

La diffusion était inéluctable de cette philosophie depuis le champ artistique vers le champ social et sociétal : ici le refus de tout académisme, là conséquemment et rapidement la négation de toute autorité, avec codes et valeurs. C’était même une voie royale, ce ver pseudo-artistique dans le fruit étant difficilement attaquable, sauf à censurer, et alimenter la pompe à fascistes.

Quand il est interdit d’interdire –  sans doute « artistiquement » toujours à juste titre – on peut toujours ignorer. Dans la fuite en avant qu’est sa course à la surenchère, ce pseudo-art finira par tomber dans les oubliettes. Il demeure que son mal est fait.