absurde

Libre, l’être humain, jusqu’à dorénavant, selon la théorie du genre, pouvoir construire sa propre identité sexuelle. Étrange logique sous-jacente. Après – croit-on – avoir réglé son compte au Père éternel, on s’attaque à Mère nature. Ni Père ni Mère, ainsi une humanité ex nihilo qui ne doit rien qu’à elle-même, humanité devenant son propre principe dans une pleine liberté première. Cette liberté s’avère dès lors un absolu fondé – abyssal paradoxe – sur un intégral relativisme : logique de l’absurde.