part

La parabole des ouvriers de la onzième heure souvent provoque un sentiment disons mitigé. Que des vendangeurs d’une fin d’après-midi soient rétribués au même plein salaire que ceux de toute une journée déroge à notre sens du mérite et de l’équité.

L’économie et la justice divines n’étant pas les nôtres, les appréhender à l’aune de nos réflexes humains pourrait en l’espèce relever d’une triple immaturité spirituelle. Celle d’abord de se supposer implicitement ouvrier d’un lever du jour. D’ignorer ensuite que l’on peut ardemment en une heure (a)cueillir au moins autant qu’en dix heures assoupi.

Enfin et surtout : outre que tout est don, et grâce, une plénitude de joie est indivisible.

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s