contrée

« La bonté contrée énorme où tout se tait », vers azur de Guillaume Apollinaire.

Cette contrée n’est ici-bas ni renoncement, démission ou lâcheté mais scrupule et mesure, indulgence, geste et silence au pays d’espérance.

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s